La Critical Mass de Genève a eu lieu le 28 août 2020 « pour protester contre la répression et les multiples pressions policières depuis mai 2020».

L’organisation de la Critical Mass souhaitait une réunion massive des cyclistes, ce qui n’a pas eu lieu vraisemblablement à cause du mauvais temps, ils se sont protégés sous les arbres pour éviter une partie de l’averse du jour. Selon eux ils auraient été victimes d’une répression politique, ils auraient été empêchés de se rassembler.

A noter que la Critical Mass n’a jamais demandé l’autorisation de manifester, sur le terrain la police est discrète se tenant à distance, la plupart du temps en cas de débordement.

Selon leur dire fin juin 23 interpellations à l’encontre des personnes participantes ont été opérées avec promesse d’amende par courrier recommandé. Ils affirment également qu’en juillet 9 personnes ont été interpellées, la police les auraient pris en chasse les cyclistes soit environ 300 cyclistes sur la plaine de Plainpalais avec soulignent-ils un dispositif impressionnant soit 12 fourgons en plus d’une brigade en scooter, soit une une centaine de policiers et policières.

La lutte contre la pandémie aurait été le prétexte à cette restriction de circuler.

Ils se plaignent aussi d’amendes de Frs 750.00 infligées aux cyclistes participant de leurs manifestations.

 

La Critical Mass a vu le jour à San Francisco le 25 septembre 1992 et le concept s’est vite propagé à d’autres villes.

La Critical Mass n’est pas une organisation proprement dite, elle n’a pas de leader. Elle est juste un rassemblement de cyclistes, skaters et rollers qui, ayant atteint une masse critique, peuvent s’imposer dans la circulation comme ne peut pas le faire un cycliste isolé.

Une Critical Mass ne bloque pas la circulation mais crée un embouteillage non-polluant pour mieux se faire entendre, et mettre les automobilistes dans la situation habituelle du cycliste : celle de passer au second plan et de subir les choix des autres…

Les personnes qui s’y rencontrent, partagent une préoccupation commune : rendre aux rues de la ville leur rôle de lieu d’échanges et de rencontre.

Ces rassemblements sont suivis d’une promenade urbaine, qui vise à montrer au public qu’il existe des modes de déplacement plus efficaces et sympathiques que les véhicules motorisés.

L’esprit est pacifique, l’atmosphère conviviale. Participer aux cycloparades de Critical Mass, c’est donc promouvoir des formes alternatives, non polluantes, peu voraces en espace, sportives, ludiques, au trafic motorisé privé

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here